Couteau pliant français

L’histoire du couteau pliant

« Qui aux noces va sans couteau, il perd des lopins bon morceaux », assure un auteur du XIXe siècle. Emporter dans sa poche un couteau en toutes circonstances apparaît comme une nécessité à une époque où cet outil est précieux et encore peu répandu. L’histoire du couteau pliant, ou couteau fermant, idéal à transporter, débute pourtant bien avant les années 1800. Au contraire, la facilité d’usage et l’efficacité du mécanisme du couteau pliant ont été découvertes il y a bien longtemps par les sociétés humaines.

L’origine du couteau pliant, une histoire millénaire

Le plus ancien couteau pliant dont nous ayons connaissance date probablement de la fin du VIe siècle avant notre ère. L’intérêt de fabriquer des couteaux qui se plient a ainsi été identifié dès la préhistoire. Or leur attrait ne s’est pas démenti au fil des siècles. On attribue l’invention du canif aux Romains qui le considèrent comme un outil indispensable puisqu’il fait partie de l’équipement de base des soldats. Dès cette époque, ils constituent des ouvrages d’art puisque les manches sont parfois le support d’illustrations complexes. On peut par exemple trouver l’image d’un gladiateur sur certains manches de ces couteaux pliants anciens. Au-delà du modèle de base destiné aux soldats, on trouve déjà différents types de couteaux pliants : un couteau pliant de femme a ainsi été retrouvé à l’occasion de fouilles archéologiques. 

Les couteaux pliants se diffusent ensuite tout au long du Moyen Âge et s’imposent réellement comme des objets du quotidien à partir du XVIe siècle. Ils deviennent alors des couteaux de poche. Leur lame tranchante sert principalement à tailler les plumes d’oie utilisées par les rares personnes qui maîtrisent l’art de l’écriture. Les meilleurs couteaux pliants français sortent de la fabrique de Caen. Au XVIIe siècle, il est de plus en plus fréquent d’acheter un couteau pliant. La fabrication des couteaux nécessite de nombreux savoir-faire qui occupent jusqu’à 18 corps de métiers, dont les forgerons, les aiguiseurs ou encore les monteurs.

Le développement du couteau pliant dans le monde et en France

Au gré du développement de l’industrie du couteau pliant et des innovations techniques, de nombreux systèmes voient le jour. Les couteaux à clous en constituent une première catégorie : il s’agit d’un modèle ancien, créé dans la Rome antique. Il est repris par de nombreux couteaux à travers le monde : par exemple, le couteau pliant piémontais ou bien l’Higonokami, qui est un couteau pliant japonais. S’ajoute ensuite le couteau pliant à deux clous qui vise à perfectionner le premier système. Au début du XVIIIe siècle, les couteaux à ressort sont inventés afin d’en faciliter l’utilisation. Il est désormais plus aisé de fermer ces couteaux pliants. L’assemblage des couteaux pliants utilisant ce système est plus ou moins complexe selon les modèles. 

Dans ce domaine, les couteaux haut de gamme français s’exportent à l’étranger, notamment en Espagne et en Italie. Les expositions industrielles qui se multiplient au XIXe siècle sont l’occasion de faire connaître les ouvrages de coutellerie, du couteau pliant de luxe au petit couteau de poche. Les Eustaches, des couteaux pliants avec des manches en bois ou en corne, sont fabriqués à Saint-Etienne et sont vendus dans divers pays européens. Grâce au contexte de la révolution industrielle, ces couteaux pliants ne sont pas chers, ce qui encourage leur diffusion en France et dans le monde.

Les événements politiques et guerriers qui secouent la France et l’Europe à partir du dernier tiers du XIXe siècle ont toutefois raison de nombre de lieux de production de couteaux pliants. La production suit dès lors un mouvement de centralisation et d’homogénéisation.

Le couteau pliant aujourd’hui

Depuis la fin du XXe siècle, le retour des savoir-faire artisanaux sur le devant de la scène a donné un nouvel élan à la production de couteaux pliants en tous genres. Les couteaux pliants forgés constituent un exemple de ce renouveau des couteaux artisanaux. Pour trouver la meilleure marque de couteaux pliants on peut chercher des couteaux faits de matériaux originaux comme des bois de cerf ou des défenses de mammouth. On peut également s’intéresser à d’autres éléments du couteau comme sa lame. On cherchera ainsi des couteaux au tranchant rasoir, faits de lames d’acier, de céramique ou encore de carbone. En poussant l’exigence, il est possible de se procurer des couteaux pliants sertis d’une lame damas. D’autres critères peuvent entrer en jeu, comme le fait que le couteau soit particulièrement fin ou encore gravé ou personnalisé. L’usage auquel est destiné le couteau influence aussi le choix du produit recherché : on peut ainsi se focaliser sur des couteaux de chasse pliants ou plutôt sur des couteaux d’art. Afin de protéger un couteau pliant d’exception, il est conseillé de se munir d’un étui, en cuir, par exemple. Ces objets précieux peuvent aussi être rangés dans des coffrets.

Si après avoir découvert la riche histoire et les multiples facettes du couteau pliant votre curiosité n’est toujours pas étanchée, il existe des kits de fabrication de même que des stages de fabrication de couteaux pour les plus motivés !

Retour au blog